… il n’y a qu’un pas !

Aujourd’hui, il est régulier d’entendre parler d’Intelligence Artificielle (IA), de Big Data, de Deep Learning, de Machine Learning, de Réseaux Neuronaux, … Bref tout plein de mots qui reviennent régulièrement dans les argumentations commerciales, et maintenant de plus en plus, dans la presse et les médias. Seulement peu de personnes connaissent concrètement leur signification : ce qu’ils veulent dire, mais aussi quels sont les enjeux derrière ces mots un peu barbares. Nous allons bien sûr nous intéresser ici au lien entre le monde du vin et ces domaines scientifiques. Notamment en quoi la victoire officielle récente  d’AlphaGo, l’intelligence artificielle de Google dédiée au jeu de Go, face à Lee Sedol (l’un des meilleurs joueurs mondiaux) peut avoir un lien avec notre boisson préférée. C’est aussi parce que je suis le co-fondateur de Sublivin, et que nous sommes les précurseurs en la matière dans le monde du vin, que je pense qu’il est important de décrire tout ceci afin que tout le monde comprenne bien le futur qui frappe à notre porte.

En quoi une intelligence artificielle pour le jeu de Go représente une avancée significative ?

On avait déjà créé une intelligence artificielle pour le jeu d’échecs vous allez me dire. Alors en quoi celle pour le jeu de Go est une avancée cruciale qui mérite une telle médiatisation ? Le but du jeu de Go est d’encercler son adversaire avec ses pions (appelés pour l’occasion pierre) et requiert une vision globale du jeu et des stratégies possibles. Là où aux échecs, il « suffit » de calculer les coups à l’avance et en déduire celui qui est le plus avantageux, la stratégie au jeu de Go est beaucoup plus complexe et les technologies actuelles ne permettent pas de calculer toutes les combinaisons possibles sur X coups à l’avance. Il faut donc pouvoir introduire dans la prise de décision de l’intelligence artificielle une notion qui s’apprend avec l’expérience et que l’on appelle l’intuition.

Pour répondre à cette problématique, les ingénieurs de Google ont conçu une intelligence artificielle sur le principe des réseaux neuronaux. Pour faire simple, ce programme reproduit le fonctionnement des neurones dans le cerveau humain. Nous n’allons pas entrer dans les détails du fonctionnement de l’algorithme, mais l’idée est que du coup la machine peut apprendre. Les équipes de Google ont donc passé un temps certain à faire apprendre les stratégies possibles du jeu de Go à la machine.

Et le vin dans tout ça ?

Il existe des similitudes entre le jeu de Go et le domaine du vin. Tout comme le jeu de Go, le vin, sa dégustation, son étude, son analyse, fait appel à l’intuition, à la littérature, à la philosophie, à la connaissance, à l’expérience …
Et tout comme le jeu de Go, nombreuses sont les personnes qui disaient impossible l’étude par un ordinateur d’une telle matière.

Mais au final, connaître un vin, c’est connaître son profil gustatif, connaître son producteur, son appellation éventuelle, le terroir sur lequel la vigne a été cultivée, … Ce sont des données brutes et cela peut s’assimiler au fameux «Big Data». Toutes ces données que le sommelier et l’œnologue ont accumulées, qu’ils récoltent au cours de leurs dégustations et de leurs mesures chimiques, et qu’ils analysent pour dans un cas conseiller un vin ou dans un autre adapter la vinification. À l’heure d’aujourd’hui, il est tout à fait possible de faire profiter de ces connaissances et de ces mesures à un programme informatique.

L’idée est d’apporter une meilleure connaissance en mettant l’accent sur les éléments que le sommelier ne peut analyser. Soit parce qu’il ne peut physiquement tout simplement pas, soit parce que son champs de compétences ou son côté « humain » ne lui permet pas de voir les éléments qui pourraient être en marge du problème.

Mais qu’allons-nous devenir ?

« Keep calm », ça ne sert à rien de paniquer. Le but de l’intelligence artificielle n’est pas de supplanter l’homme, mais de l’aider (à part pour le jeu de Go, mais là, il s’agit d’une démonstration, le but final ayant d’autres aspirations). Comme un moteur peut nous aider à réaliser des opérations humainement seraient impossibles ou qui demanderaient trop d’hommes, l’IA vient assister l’intelligence humaine.

Malgré tout, nombreux sont les scientifiques à considérer qu’il faut établir des garde-fous (un peu comme les trois lois de la robotique de l’auteur de science fiction le plus précurseur en la matière : Isaac Asimov). On peut considérer que le domaine n’est pas pris à la légère quand on voit l’interview du reconnu Stephen Hawkins en décembre 2014 qui met en garde face au développement de l’intelligence artificielle qui pourrait un jour dépasser l’humanité (traduite en français). Pour le moment les IA sont limitées à des domaines précis, les IA globales ne sont pas encore au point mais ce sont ces dernières qui pourraient représenter un danger.

Mais revenons à nos moutons, je suis de ceux qui pensent que l’intelligence artificielle, d’autant plus quand elle est bornée à un domaine précis comme le vin, peut être un moyen de combler les lacunes de l’intelligence humaine. Parce que là où l’homme peut défaillir, notamment à cause de son vécu, l’IA n’a pas ce problème. Elle n’a que les données qu’on veut bien lui fournir. Dans le cas du vin, là où un dégustateur confirmé, peut fournir un avis différent entre deux dégustations d’un même vin en fonction du contexte et du moment, une intelligence artificielle fournirait exactement le même avis. Cela enlève du charme, je vous l’accorde, mais cela peut s’avérer très utile pour étudier les particularités d’un vin.

En conclusion, je dirais qu’il ne faudra pas négliger l’apport que peut nous procurer l’IA notamment car elle va nous permettre de découvrir un peu plus encore ce domaine, sans pour autant négliger le côté humain qui fait le charme du vin. Ce n’est qu’un début et je suis loin d’avoir perçu tous les champs d’actions possibles !

To be continued…

Pour approfondir vos connaissances sur le sujet, je vous conseille les vidéos suivantes :

 

Dirigeant et Co-fondateur de Sublivin, solution qui calcule la date idéale de consommation d’un vin.
Mordu de vin, Gamer à mes heures perdues et passionné d’informatique au sens large. J’ai travaillé pendant 5 ans dans l’industrie des jeux vidéos et du cinéma d’animation avant de lancer Sublivin.


Also published on Medium.